top of page

APPARTEMENTS PRIVES DE MARIE-ANTOINETTE A VERSAILLES

Dernière mise à jour : 20 juil. 2023

Suivez-moi pour une visite privée des appartements intérieurs de Marie-Antoinette au Château de Versailles pour découvrir la vie plus intime de la reine, en retrait des appartements d’apparat plus officiels, et en pénétrant dans des pièces peu connues du grand public.




Aujourd’hui, je vous emmène dans l’un mes lieux historiques préférés. C’est aussi un des lieux emblématiques du patrimoine français. Si je vous dis « soleil », « étiquette », «jardins», « galerie des Glaces »… vous l’aurez compris, je veux parler du château de Versailles. Alors le château de Versailles, vous connaissez tous. Construit par Louis XIV à partir de 1662 sur les bases du relais de chasse de son père Louis XIII, le château accueillera les successeurs du Roi Soleil jusqu’à la Révolution de 1789 : Louis XV, Louis XVI et Marie-Antoinette. Je suis venu de nombreuses fois à Versailles, et je ne peux que recommander de visiter le Château, mais aussi les jardins et bosquets de Le Nôtre, ou encore le domaine de Trianon (le grand et le petit Trianon), et le Hameau de la Reine. Cette visite peut se faire sur la journée. Je l’ai faite souvent. Il vous faut juste de bonnes chaussures et un peu d’endurance !

Bon, ce serait un peu long et fastidieux de raconter une visite de l’ensemble du domaine de Versailles. Donc, j’ai choisi de me concentrer sur une visite plus particulière : les appartements intérieurs de Marie-Antoinette. Cette visite en petit groupe de 20 personnes maximum (Pour mon cas nous étions 7, c’était parfait !) permet de découvrir la vie plus intime de la reine, en retrait des appartements d’apparat plus officiels, et en pénétrant dans des pièces peu connues du grand public où Marie-Antoinette aimait venir vivre sa vie de femme, de mère et d’amie, loin des contraintes de la vie de cour.

Cette visite guidée, plus privée, est accessible à tous sur inscription via le site du château de Versailles. Il y a d’autres thématiques proposées à Versailles que j’espère vous faire découvrir prochainement.

Mais pour le moment, poussons les portes des cabinets intérieurs de Marie-Antoinette.


Marie-Antoinette à Versailles : les appartements intérieurs

Un peu d’histoire

Tout d’abord, qu’entend-on par les appartements intérieurs de la Reine ?

En fait, ce sont des espaces privés situés à l’arrière de son Grand Appartement d’apparat, très officiel, où on se devait de respecter le protocole et où on n’était pas libre d’agir en toute liberté.

Savez-vous que dans ces Grands Appartements, même le mobilier présent répondait à des contraintes dictées par l’Étiquette ?

Point anecdote ! L’étiquette, vous connaissez ? C’est cet ensemble de règles strictes, poussées parfois au ridicule, et largement développé et imposé par Louis XIV pour garder le contrôle sur la Cour et éviter les rebellions de la noblesse, comme il avait pu en connaître dans sa jeunesse au moment de la Fronde. Jusqu’à la Révolution, l’Étiquette régissait le code de conduite de la cour de Versailles, avec des tâches et des devoirs précis affectés à chacun selon son rang social, marquant la distance entre les souverains et leurs sujets.

Afin de profiter de leurs proches de manière plus intime, ou de s’éloigner un peu des contraintes de cour, les Rois et Reines ont fait bâtir des cabinets et appartements dits « intérieurs », des espaces privés, en arrière-plan des pièces officielles. Marie-Antoinette, qui n’était vraiment pas adepte des règles de la Cour, y invitait ses proches, Madame Élisabeth, sa pieuse belle-sœur, ses beaux-frères, les Comtes de Provence et d’Artois, ou encore ses enfants. Elle y recevait également ses ami.e.s comme la Duchesse de Polignac, la Princesse de Lamballe ou encore son ami amoureux, le Comte Axel de Fersen.

Traditionnellement – et on est bien loin de l’égalité des sexes ici, je l’avoue - ces appartements étaient moins nombreux chez la Reine que chez le Roi. Ce dernier y avait même une chambre privée, alors que la Reine ne pouvait dormir que dans sa chambre d’apparat. A la mort de sa femme Marie-Thérèse, Louis XIV réquisitionne même une grande partie des pièces de ses appartements pour son confort personnel.

Marie-Antoinette, elle, dès son arrivée à Versailles, décide d’agrandir ses cabinets intérieurs situés aux 1er et 2ème étages du château. Elle dépense sans compter pour les aménager à son goût, ce qui participera à sa réputation de Reine dépensière. Par la suite, elle récupèrera même les appartements d’une des filles de Louis XV, Madame Sophie, à la mort de celle-ci, pour en faire de nouvelles pièces privées au rez-de-chaussée du Palais.

C’est donc ces lieux de la vie de femme de Marie-Antoinette que nous allons découvrir.

La visite guidée

La visite commence au pied de l’escalier de la Reine, ce grand escalier de marbre qui mène à l’appartement du Roi et aux Grands Appartements de la Reine. « Le plus fréquenté de Versailles » à l’époque, dit-on.

Point anecdote ! C’est sur cet escalier que seront tués les deux gardes royaux qui tentaient de faire reculer la foule lorsque le peuple, qui était arrivé de Paris la veille pour réclamer du pain et le retour du Roi à Paris, envahit le palais au matin du 6 octobre 1789. Et c’est par les couloirs de ses appartements privés que Marie-Antoinette rejoindra la chambre du Roi et s’y réfugiera avec ses enfants, avant d’être finalement contrainte de quitter Versailles et de rejoindre le palais des Tuileries à Paris avec sa famille, escortée par la foule. La famille royale ne reverra plus jamais Versailles.

Nous voilà donc en contrebas de cet escalier officiel, où nous empruntons un plus petit escalier de service, derrière une petite porte, pour nous rendre dans les Cabinets intérieurs de la reine. A ce moment-là, déjà, je ressens de l’excitation, comme si je découvrais le château pour la première fois, comme si j’étais invité en exclusivité par la Reine, ou plutôt par Marie-Antoinette en personne.

Nous pénétrons dans une petite pièce : le supplément de bibliothèque, dans laquelle vous l’aurez compris, se trouvent de nombreux livres. Cette pièce dessert d’un côté le Cabinet Doré, de l’autre la bibliothèque de Marie-Antoinette.

Le Cabinet Doré, pour commencer, est une pièce remarquable par sa richesse et son raffinement.

Commandé par Marie Leszynska, femme de Louis XV, elle a été redécorée en 1783 par Marie-Antoinette avec l’aide de son architecte fétiche : Richard Mique. Les décors marquent un retour aux goûts de l’Antiquité. Il faut savoir que c’est à cette époque que l’on redécouvre les sites de Pompéi et Herculanum. Donc la mode est aux inspirations romaines. Comme son nom l’indique, l’or est partout dans le Cabinet Doré : des boiseries aux meubles, en passant par les sculptures de bronze et les étoffes. C’est dans ce Cabinet Doré que Marie-Antoinette recevait ses enfants et jouait de la musique en compagnie de compositeurs Grétry ou Glück. La Reine est très bonne musicienne. C’est d’ailleurs elle qui importe la harpe à Versailles et en France. Un instrument qui deviendra à la mode grâce à elle.

Point anecdote ! Saviez-vous que l’utilisation de l’or dans l’architecture et la décoration des pièces était réservé au Roi et à la Reine ? seule exception, la Comtesse du Barry, célèbre dernière maîtresse de Louis XV à qui il ne pouvait rien refuser et qui a pu abuser de ce matériau dans ses appartements privés.

Sortons du Cabinet Doré pour nous diriger vers la bibliothèque. Nous y pénétrons par une porte en trompe-l’œil en fausses étagères pleines de livres. Marie-Antoinette n’était pas une grande lectrice, mais cette bibliothèque conserve de nombreux très beaux livres sur l’histoire de France par exemple. On remarque le chiffre de Marie Antoinette sur les tiroirs des meubles, un M et un A entrelacés, et l’aigle à deux têtes qui rappelle que Marie-Antoinette est archiduchesse d’Autriche.

Au bout de la bibliothèque, nous accédons au Cabinet de la Méridienne. Un lieu de repos pour Marie-Antoinette qui venait se détendre sur le lit bleu, ou méridienne, qui se trouve dans une alcôve entourée de miroirs muraux. Cette pièce est attenante à un cabinet de toilette que je n’ai pu visiter. Ce cabinet de toilette communique avec sa chambre officielle, et c’est par là qu’elle passera pour rejoindre le Roi le 6 octobre 1789. C’est donc un lieu émouvant et important de l’Histoire de France.


Nous montons ensuite au second étage des cabinets intérieurs et nous nous engageons dans la salle à manger privée de la Reine. Cette salle était importante pour Marie-Antoinette qui y recevait pour le souper sa famille, parfois, mais surtout ses plus proches amis avec qui elle pouvait parler et se confier en toute liberté. D’ailleurs, signe de l’intimité de la pièce : aux murs sont accrochés des tableaux représentant ses parents, François 1er de Lorraine et Marie-Thérèse d’Autriche, Empereur et Impératrice d’Autriche, et son frère, Joseph, qui deviendra Joseph II par la suite.

On y découvre une pièce richement décorée de toile tendues de satin blanc rebrodé et rebroché de motifs floraux. Le mobilier – les canapés, fauteuils - également confectionné avec les mêmes étoffes, ainsi que la cheminée, confèrent à cette pièce une atmosphère très « cozy ». Il ne manquait que le billard pour imaginer les soirées de jeux et de convivialité passées ici.


Nous redescendons maintenant des Cabinets Intérieurs et regagnons le petit appartement de la Reine en passant par le vestibule de marbre qui donne sur la cour de marbre du château. Ce petit appartement est aménagé en 1784 pour Marie-Antoinette à la mort de Madame Sophie (le 3 mars 1782), 8ème enfant de Louis XV et Marie Leszynska. A droite du Vestibule, nous entrons dans la chambre. Une jolie pièce dominée par un vert amande qui entoile les murs comme le mobilier. Une couleur qu’affectionnait Marie-Antoinette qui aimait surtout les tons pastel : le bleu clair, le rose pâle, ou encore le vert tendre.

Nous retraversons ensuite le vestibule pour découvrir une magnifique salle de bain.

Notez qu’à l’époque, le vestibule n’existait pas. Cet espace était fermé et composait les appartements de Madame Sophie. On y trouvait notamment une bibliothèque.


Revenons à la salle de bain. Les boiseries représentent dauphins, cygnes, roseaux, coquillages, coraux… bref, tout ce qui peut rappeler l’eau et le bain. On y trouve un lit car à l’époque, on pensait que prendre un bain fatiguait et qu’il fallait se reposer ensuite. Le lit qui se trouve dans cette pièce est en réalité celui de la chambre des bains de Louis XVI à Fontainebleau.


Point Anecdote ! Non, les rois et reines de France n’étaient pas des gens sales et phobiques de l’hygiène. Louis XV pouvait prendre plusieurs bains par jour, Louis XVI avait également ses salles de bain. Marie-Antoinette, en arrivant de Viennes n’avait pas une hygiène irréprochable. Mais à la Cour de Versailles elle a pris goût aux bains et s’y délasse quotidiennement. L’idée d’une cour sale, pleine de poux et malodorante vient en grande partie des rumeurs diffusées à la Révolution. La fin du XVIIIème siècle est une période de progrès scientifiques. Les bases de notre monde moderne s’y sont construites.

Cela étant dit, cette pièce est pour moi l’une des plus agréables des appartements de la Reine. Très claire, joliment décorée dans des tons de bleu ciel et de blanc. Le carrelage noir et blanc donne une touche de noblesse à l’ensemble et c’est une pièce coup de cœur de cette visite pour moi. Marie-Antoinette n’aura cependant que peu le loisir d’en profiter. La salle de bain a été finie en 1789, quelques mois avant le début de la Révolution qui la poussera à quitter Versailles pour les Tuileries à Paris. La suite, on la connait bien.

Voilà, ainsi s’achève notre visite. Pour information, en temps normal, il y a d’autres pièces à visiter. Malheureusement, elles étaient fermées, soit pour des raisons de travaux en cours, soit pour des raisons sanitaires (à l’heure où je vous parle, nous sommes toujours en pleine crise de Covid-19).


Mon ressenti sur cette visite :


J’ai beaucoup aimé cette visite pour plusieurs raisons :

  • On y apprend des anecdotes qui permettent d’approfondir ses connaissances de la vie de Versailles et de mieux comprendre la personnalité de Marie-Antoinette.

  • Pénétrer dans des pièces intimes est vraiment grisant, car vous avez l’impression d’être un invité personnel de la Reine.

  • Les pièces sont très bien aménagées et donnent une idée plus précise de l’atmosphère qui régnait dans les coulisses de Versailles.

  • Son prix : 10€ en supplément du billet d’entrée principal (ou 7€ en tarif réduit, ce qui était mon cas car j’ai souscrit à la carte annuelle du Château de Versailles)

Je regrette en revanche de n’avoir pu faire la visite complète à causes des restrictions de rénovations ou sanitaires, mais je reviendrai ! J’ai aussi trouvé que l’employé du château qui nous accompagnait pour ouvrir et fermer les portes était assez rigide et nous pressait un peu trop le pas.

Au-delà de ça, je recommande fortement !

Informations pratiques :

Voici les informations à retrouver sur le site du Château de Versailles :

« Derrière son appartement d’apparat, la Reine disposait de cabinets intérieurs, dans lesquels elle se réfugiait souvent pour échapper à la pesanteur de la vie officielle. Les meubles précieux, tableaux et objets d’art permettent d’évoquer la personnalité et le mode de vie de Marie-Antoinette, sa passion pour la décoration, les arts et la mode. »

Durée : environ 1h15

Rendez-vous à l'Aile des Ministres Sud.

Pour réserver, c’est ici, sur le site du château de Versailles.





Posts récents

Voir tout

1 Comment


Alain.
Alain.
May 10, 2023

Bonjour. Je découvre avec un grand intérêt votre magnifique blog.

Merci pour ces partages, commentaires, photo et anecdotes.

Versailles, ses jardins, le Petit Trianon et plus encore le Hameau de la Reine étaient des lieux dans lesquels j'aimais me ressourcer pendant mes quarante années de vie parisienne. J'ai l'impression d'avoir redécouvert les petite appartements de la Reine, grâce à vous et par là même à raviver des souvenirs d'anciennes visites. Très sincèrement, merci.

Like
bottom of page