top of page

7-13 MAI 1664 : ‘LES PLAISIRS DE L’ÎLE ENCHANTÉE’ & LES PLUS BELLES FÊTES DE VERSAILLES AU SERVICE DU POUVOIR DE LOUIS XIV

Dernière mise à jour : 12 mai

Grandes Eaux Nocturnes 2023 à Versailles
Grandes Eaux Nocturnes 2023

Il y a 360 ans, du 7 au 13 mai 1664, étaient organisées dans les jardins et bosquets, et à la demande de Louis XIV (règne 1643-1715), les spectaculaires ‘Plaisirs de l’Île enchantée’ qui comptent parmi les plus belles fêtes de Versailles. Une succession de journées et de soirées de jeux, de spectacles, de musique, de bals et de fêtes qui resteront longtemps gravées dans les mémoires de la cour de France. Mais pourquoi le Roi Soleil engage-t-il une telle profusion de divertissements? Retour sur ces festivités qui, vous allez le voir, poursuivent un objectif bien plus ambitieux que le simple amusement des courtisans.


Et pour en savoir plus sur les lieux de spectacles du château de Versailles de manière plus générale, rendez-vous dans l’article et le podcast dédiés.


LES FÊTES DE VERSAILLES : DIVERTIR POUR MIEUX RÉGNER


Avant que la cour de France ne se sédentarise et ne s’installe définitivement à Versailles en mai 1682 sur décision de Louis XIV, le château et son domaine restent une propriété privée et personnelle du roi. Ainsi, lorsque des séjours y sont organisés dès le milieu des années 1660, les courtisans ne logent pas sur place, et les fêtes qui y sont données, aussi somptueuses soient-elles, se tiennent dans les jardins et bosquets aménagés par André Le Nôtre pour le plaisir du roi, ou en extérieur, comme dans la cour de Marbre, devant la façade côté ville.



Car dans la politique de Louis XIV, la fête tient une place essentielle. Si elle a toujours joué un rôle important à la cour de France, le Roi Soleil va effectivement en faire un précieux outil pour servir son image et son pouvoir. Mettant en place une véritable ‘société des plaisirs’, comme il le dira dans ses Mémoires, il utilise les événements fastueux pour fidéliser et fédérer la cour autour de sa personne. Occupée à s’émerveiller et se divertir lors de bals et spectacles grandioses dont le généreux organisateur qu’il est devient le centre -il se met d’ailleurs régulièrement en scène-, la foule de courtisans demeure sous contrôle.

 

Les grandes fêtes de Versailles serviront également à renforcer la propagande royale au-delà de la seule cour. En effet, la beauté et la magnificence des grands événements organisés par Louis XIV sont relayées -et enjolivées- à travers des publications diffusées dans le royaume mais aussi dans les cours étrangères. Sous l’œil attentif du principal ministre du roi, Jean-Baptiste Colbert, les récits des chroniqueurs de l’époque, comme les gravures des illustrateurs Israël Silvestre, François Chauveau et Jean Lepautre, participent à imposer au monde la grandeur et la supériorité du roi de France, et l’image d’une monarchie française riche et puissante.



Preuve de l’intégration à part entière de la fête et des divertissements dans le fonctionnement du pouvoir royal, l’administration du roi va se doter d’un service dédié entièrement aux événements de la cour appelé les ‘Menus-Plaisirs’.

 

IL Y A 360 ANS, ‘LES PLAISIRS DE L’ÎLE ENCHANTÉE’ ÉMERVEILLAIENT VERSAILLES

 

C’est surtout au début de son règne que Louis XIV organisera les fêtes de Versailles les plus grandioses ; celles qui marqueront la postérité, et qui, plus que toute autre ensuite, instaureront l’image d’un palais où la démesure fastueuse n’a d’égal que la puissance du souverain. Parmi ces grandes fêtes royales de cette fin de 17e siècle, les ‘Plaisirs de l’Île enchantée’, du 7 au 13 mai 1664, seront les premières, et resteront les plus célèbres.


Plaisirs de l'Île enchantée 1664 château de Versailles
Plaisirs de l'Île enchantée 1664

Officiellement, ‘les Plaisirs de l’Île enchantée’ sont organisés en l’honneur de la mère de Louis XIV, Anne d’Autriche, et de son épouse, la reine Marie-Thérèse. Mais en réalité, ces festivités sont surtout dédiées en secret à la maîtresse du roi, la délicate duchesse Louise de la Vallière.

 


À cette époque, la cour réside à Fontainebleau, et se déplace à Versailles uniquement pour ces journées de fêtes. C’est le duc de Saint-Aignan, premier gentilhomme de la chambre et ordonnateur des fêtes royales, qui supervise l’ensemble des préparatifs, accompagné du grand metteur en scène des divertissements royaux, l’italien Carlo Vigarini. Pour le thème, ils s’inspirent du poème ‘Roland furieux’ (Orlando Furioso) écrit au 16e siècle par Ludovico Ariosto, dit l’Arioste. Un poème dans lequel la magicienne Alcine retient prisonniers le chevalier Roger et ses compagnons dans son château. Il s’agit, ici, de plonger la cour dans un monde de rêve mêlant action, amour et magie.

 

Pour la musique et la création des spectacles, on fait appel à un duo qui va faire ses preuves et devenir emblématique au fil des années: le compositeur et musicien du roi, Jean-Baptiste Lully, et l’auteur, metteur en scène et écrivain, Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière.


Pendant trois jours, jeux équestres, pièces de théâtres, banquets, bals et spectacles nautiques sur le Grand Canal se succèdent.

  • Le premier jour, le Roi inaugure les festivités en arrivant à cheval lors d’un défilé équestre où il joue le rôle du chevalier Roger en route vers le palais d’Alcine, dressé au milieu du Rond-d’eau (le futur bassin d’Apollon). Suivent des jeux auxquels les courtisans peuvent participer, puis un spectacle de Molière autour des quatre Saisons, réalisé à la lumière des flambeaux.

  • Le deuxième jour, Molière et Lully présente une comédie-ballet inédite, ‘La Princesse d’Élide’;

  • et le troisième jour, le palais d’Alcine s’embrase en un magnifique feu d’artifice, tandis que la magicienne apparaît flottant sur le dos d’une fausse baleine entourée de ses deux baleineaux.

  • Les festivités de poursuivent par des courses de chevaux, des jeux de hasard, des visites de la Ménagerie royale et des représentations de pièces de théâtre, jusqu’au 12 mai où est présentée pour la première fois, en accord avec le roi, le ‘Tartuffe’ de Molière qui choquera la cour au point d’être interdit plus tard.



Si les ‘Plaisirs de l’Île enchantée’ ont rempli leur mission et restent les fêtes royales les plus mémorables, d’autres suivront et ne manqueront pas d’amuser et d’émerveiller la cour de France, à l’image du ‘Grand Divertissement royal’ du 18 juillet 1668, ou des ‘Divertissements de Versailles’ prévus du 4 juillet au 31 août 1674.

 


Cependant, à partir de 1682, lorsque Versailles devient le lieu officiel et central du pouvoir royal, les fêtes et les spectacles vont se concentrer au château où sont organisé des divertissements quasi quotidiens -soirées d’appartements hebdomadaires, soirées de jeux, représentations musicales ou théâtrales-, mais aussi de splendides et magnifiques événements -bals masqués ou parés (chacun se vêt et se pare le plus richement et somptueusement possible), grands banquets, feux d’artifice, opéras… Les plus belles fêtes seront en outre données à l’occasion des grands mariages princiers et royaux.



Quoi qu’il en soit, cette tradition des fêtes à Versailles va se poursuivre jusqu’à la fin de l’ancien régime ; et même si le faste des Plaisirs de l’île enchantée ne sera jamais vraiment égalé, l’image d’un Versailles où la fête est permanente restera gravée dans la mémoire collective.


Si aujourd’hui, le château n’est plus le lieu de fêtes royales, sachez que vous pouvez encore participer à de somptueuses fêtes dans les jardins du château de Versailles, grâce notamment aux jardins musicaux et aux Grandes Eaux Nocturnes qui sont organisées chaque année. Ces grandes eaux musicales ont commencé le 29 mars 2024 et se poursuivront jusqu’au 31 octobre 2024. Je vous encourage à y aller, et pour plus d’informations, rendez-vous sur le site du château de Versailles.



Comments


bottom of page