POINT ANECDOTE: LE TUNNEL SOUS LA MANCHE, UNE IDÉE DE NAPOLÉON III?

Ecoutez le podcast ici

Le 6 mai 1994, il y a 28 ans, était inauguré le tunnel sous la Manche, reliant Calais, dans le nord de la France, à Folkestone, au sud-est de l’Angleterre. Avec ses 50,45km (31,5 miles) de long -soit 169 Tour Eiffel-, dont 37,9km (23,5 miles) sous la mer, ce tunnel sous-marin situé à 75 m (246 pieds) au-dessous du niveau de la mer est le plus long du monde. Mais si les travaux ont débutés en 1987 et si le premier Eurostar a été mis en circulation en novembre 1994, saviez-vous que l’idée d’un tunnel entre la France et la Grande-Bretagne datait de bien avant cela? Et saviez-vous que Napoléon III aurait pu être l’instigateur de sa réalisation?


En effet, si la Manche a toujours permis à l’Angleterre d’être isolée et protégée, malgré les tensions qui ont souvent animé les relations entre la France et le royaume insulaire, elle s’est aussi parfois posée en obstacle aux échanges commerciaux avec le continent.


On raconte ainsi que dès 1750, sous Louis XV (règne: 1715-74), le géographe français Nicolas Desmaret aurait émis l’idée de relier l’Angleterre à l’Europe par un pont, un tunnel ou même une digue. Il présente ainsi au roi un rapport expliquant comment les deux territoires étaient, selon lui, reliés auparavant par une langue de terre, et pourquoi il serait envisageable de les relier de nouveau. Le projet n’a jamais été développé et ne verra donc pas le jour. Mais l’idée était là.


Elle est reprise en 1801 par l’ingénieur français Albert Mathieu-Favier qui propose un projet de tunnel à deux niveaux (un pour le transport, un pour rejeter les eaux infiltrées) avec la création d’une île à mi-parcours pour permettre aux voyageurs de faire une halte. Napoléon 1er y pensera un temps, mais son ambition militaire et les conflits avec les puissances européennes et l’Angleterre mettront fin au projet.


Ce n’est qu’en 1833, sous la Monarchie de Juillet de Louis-Philippe (règne: 1830-48), que l’ingénieur français Aimé Thomé de Gamond reprend l’idée d’un tunnel, organisant des plongées sous la Manche pour en étudier les fonds. Pour éviter les contraintes liées à la pression sous-marine, il propose pour la première fois un tunnel foré où passerait une voie ferrée souterraine. En parallèle de ses recherches, le régime politique a changé après une révolution en février 1848. Elu président de la 2e République, Louis-Napoléon Bonaparte, neveu de Napoléon 1er, entreprend d’accélérer le développement économique de la France. Devenu l’empereur Napoléon III en 1852 et convaincu que la paix en Europe, et notamment avec l’ennemi héréditaire qu’est l’Angleterre, ne peut se faire que grâce à une libéralisation des échanges commerciaux, il œuvre à la signature d’un traité de libre-échanges entre la France et le royaume de la reine Victoria. Ce sera chose faite le 23 janvier 1860.

Mais la Manche reste une voie de circulation imprévisible. Les échanges et le transport des marchandises sont trop dépendants de la météo et des tempêtes maritimes. Napoléon III et la reine Victoria vont alors s’intéresser au projet de Thomé de Gamond. Son concept de tunnel sous la Manche est ainsi présenté lors de l’Exposition Universelle de 1867 à Paris. Tout aurait pu se concrétiser en quelques années, mais la guerre franco-prussienne de 1870 et la chute du Second Empire le 4 septembre de la même année ont définitivement enterré le projet. D’autres verront le jour dans les décennies suivantes mais sans aboutir.


Il faudra attendre la création de la CEE (Communauté Economique Européenne) en 1957 pour que l’on repense à construire un tunnel sous-marin. Un projet est retenu, et en 1973 les travaux débutent. Mais le gouvernement britannique en proie à une crise économique abandonne de nouveau en 1975. Ce n’est qu’avec l’arrive de François Mitterrand au pouvoir en 1981 que le projet de tunnel ferroviaire est relancé et approuvé en 1983. C’est Eurotunnel qui remporte l’appel d’offre en 1986, et les travaux de construction commencent le 15 décembre 1987 et finiront le 10 décembre 1993.


Je ne sais pas si vous l’avez déjà emprunté, mais aujourd’hui, le tunnel sous la Manche draine plus de 10 millions de voyageurs chaque année.

Sources

  • Site Web d’Eurostar

  • « Flamboyant Second Empire ! et la France entra dans la modernité… » par Xavier Mauduit et Corinne Egasse aux éditions EKHO

  • Wikipédia



2 vues0 commentaire