4 JUILLET– INDEPENDENCE DAY: RETOUR SUR LA STATUE DE LA LIBERTÉ


Le 4 juillet, les Américains commémorent l’Independence Day et la naissance des États-Unis d’Amérique le 4 juillet 1776. À New York sur Liberty Island, la Statue de la Liberté symbolise ce jour. Mais connaissez-vous l’histoire de cette sculpture d’origine française?

L’indépendance: le 11 juin 1776, à Philadelphie, une commission incluant Thomas Jefferson, Benjamin Franklin et John Adams est chargée par le Congrès qui rassemble les représentants des 13 colonies anglaises en Amérique de rédiger une Déclaration d’Indépendance vis-à-vis de l’empire britannique. Le texte est voté le 2 juillet et l’indépendance déclarée le 4.

Avec cette indépendance, la guerre anglo-américaine est lancée, puisque les Britanniques, vous vous en doutez, ne sont pas du tout partants pour céder leurs terres outre-Atlantique. La France de Louis XVI, qui y voit un moyen de déstabiliser l’ennemi anglais, va soutenir cette guerre d’indépendance. Un soutien financier (qui va contribuer à vider les caisses de l’état et mener à de vives critiques pendant la Révolution), mais aussi sur le terrain grâce à des figures comme le Maréchal de Rochambeau, le Marquis de La Fayette et l’Amiral de Gasse qui contribuent à la capitulation anglaise à Yorktown en Virginie, en 1781. Les ‘Etats-Unis d’Amérique sortent vainqueurs, et le traité de paix actant l’indépendance des ex-colonies anglaises est signé à Paris le 15 avril 1783.


Et la statue de la Liberté dans tout ça?

Dès 1860, sous le Second Empire, on parle de créer une statue pour fêter, en 1876, les 100 ans de l’Indépendance américaine. En 1870, le sculpteur alsacien Auguste Bartholdi inspiré par les colosses qu’il a pu observer en Egypte et reprenant en partie son projet avorté de phare en forme de ‘Statue de Liberté’ pour l’entrée du Canal de Suez, propose une ébauche de ce qui sera la future Statue of Liberty. Mais la guerre franco-prussienne de 1870 et les débuts chaotiques de la 3e République retardent le projet. Finalement, c’est en 1886, avec 10 ans de retard, que la France va pouvoir offrir son cadeau aux États-Unis. Une statue géante célébrant le centenaire de l’Independence Day et l’amitié franco-américaine: La Liberté éclairant le monde, dite la Statue de la Liberté.

D’inspiration antique et de style Art Nouveau, cette sculpture de 46m sans le socle, 93m avec le socle et 225 tonnes, réalisée en acier et cuivre sur une charpente métallique, mêle les prouesses industrielles et artistiques. Financée par souscription internationale en France et aux États-Unis, elle est créée par le Français Auguste Bartholdi qui lui donne le visage de sa propre mère, Charlotte Bartholdi. Une œuvre réalisée en collaboration avec Eugène Viollet-le-Duc d’abord, puis à sa mort en 1879, avec Gustave Eiffel. C’est l’Américain Richard Morris Hunt qui en construira le socle sur Liberty Island, anciennement Bedloe’s Island. La structure en forme d’étoile à 11 branches du fort militaire qui s’y trouvait alors, Fort Wood, servira de base à ce nouveau socle.


Dominant la baie de New York, brisant ses chaînes, la Statue de la Liberté incarne la paix et brandit la Déclaration d’Indépendance américaine. Plus généralement, elle symbolise la résistance et la liberté face à l’oppression. C’est la première figure que les nombreux immigrants apercevaient en arrivant par bateau aux États-Unis, avant d’être débarqués sur Ellis Island où, après examens de leur condition et de leur situation, ils pouvaient accéder (ou non) au rêve américain.



2 vues0 commentaire