L’ŒUVRE DU LOUVRE : ‘PSYCHÉ RANIMÉE PAR LE BAISER DE L’AMOUR’ DE A. CANOVA


Direction le musée du Louvre à Paris, et plus particulièrement la galerie Michel-Ange dédiées aux sculptures italiennes, pour découvrir l’une de mes œuvres favorites : «Psychée ranimée par le baiser de l’Amour» réalisée entre 1787 et 1793 par le sculpteur italien Antonio Canova (1757-1822).


Cette œuvre est emblématique du néo-classicisme, style qui se répand en Europe depuis Rome à la fin du 18e siècle et qui prône un retour à la rigueur influencé par l’Antiquité. Originaire de Venise, Antonio Canova est l’un des maîtres néo-classiques. A tel point que le Pape le nomme marquis et inspecteur général des Antiquités de l’Etat de l’Eglise (Etats Pontificaux). Sa sculpture commandée par le colonel écossais Sir John Campbell ne sera jamais livrée puisque Rome est occupée par les Français conduit par Napoléon Bonaparte en 1798. Acquise par Joachim Murat (1767-1815), haut militaire, puis maréchal d’Empire et beau-frère de Napoléon 1er (il épouse Caroline Bonaparte le 18 janvier 1800), l’œuvre sera ensuite rachetée par l’Empereur.


Ce groupe sculpté, inspiré du conte d’Apulé (auteur latin du 2e siècle), représente le moment précis où Psyché est réveillée d’un long sommeil par l’Amour (ou Cupidon), reconnaissable à ses ailes et son carquois. Cupidon est le fils de Mars, dieu de la Guerre, et Vénus, déesse de l’Amour. Psyché est la fille ainée d’un roi. D’une immense beauté, on la compare à Vénus. Cette dernière, jalouse de Psyché, ordonne à son fils, qui a le pouvoir d’inspirer l’amour avec ses flèches, de la faire tomber amoureuse de l’homme le plus laid de la Terre. Mais Cupidon se blesse avec sa flèche et tombe amoureux de Psyché. Il charge alors Zéphir (dieu du Vent d’ouest) d’emporter Psyché dans son palais.


Cupidon veut rester anonyme pour protéger sa dulcinée, et ne lui rend visite que la nuit, dans l’obscurité. Psyché promet de ne jamais chercher à le voir, mais persuadée par ses sœurs qu’elle a faites venir au palais pour lui tenir compagnie, une nuit, la curiosité est plus forte et elle gagne la chambre de Cupidon, endormi. Elle allume une lampe mais fait tomber une goutte d’huile sur le jeune homme qui se réveille. Trahi, Cupidon se réfugie chez sa mère.


Désespérée, Psyché se rend chez Vénus qui lui propose alors de passer des épreuves (insurmontables) pour qu’elle se rachète, pensant qu’elle n’y survivra pas. Aidée par des amis de Cupidon, Psyché réussit les 3 premières épreuves : Trier des graines mélangées (elle est aidée par des fourmis), rapporter la laine des moutons mangeurs d’hommes (un roseau lui suggère de le faire quand ils dorment), et puiser l’eau du Styx, le fleuve des Enfers (un aigle le fait pour elle). Pour la 4e, Psyché doit descendre aux Enfers récupérer le flacon de Proserpine rempli d’un élixir de beauté. Apeurée, Psyché cherche à se suicider. Mais Vénus la retient et la conseille d’apporter un gâteau aux somnifères pour endormir Cerbère, le chien à 3 têtes gardien des Enfers, de payer Charon, le passeur du Styx, et de ne pas s’assoir ni manger chez Proserpine. Vénus lui demande aussi de ne surtout pas ouvrir le flacon. Mais Psyché est trop curieuse. Sur le chemin du retour, elle l’ouvre et respire la fumée mortelle qui s’en dégage, et meurt.


Lorsqu’il l’apprend, Cupidon part à sa recherche et devant le corps inerte de sa belle, il la ranime grâce à une de ses flèches et surtout un baiser. C’est cette scène que l’on voit ici. Après une série d’épreuves, Psyché, symbole de l’âme humaine, est rendue immortelle par l’Amour divin.

Dans la suite de l’histoire, le couple est marié par Jupiter/Zeus sur l’Olympe, et a une fille, Hêdoné ou Volupté.


Grâce à sa composition et à la finesse du travail à la râpe du marbre blanc de Carrare, cette sublime sculpture restitue parfaitement la passion entre les 2 amants: les visages se rapprochent, mettant au centre de l’œuvre le baiser amoureux. La sensualité de l’instant se ressent dans les corps qui s’enlacent dans un mouvement presque réel.


Si vous passez par le Louvre (et je vous conseille de le faire), prenez le temps de ressentir la tendresse et la sensualité de cette sublime œuvre de Canova.

Source

  • Le Guide du Louvre aux éditions du Musée du Louvre

  • Les Carnets des Guides Bleus – Le Louvre dévoilé, aux éditions Hachette


179 vues0 commentaire