top of page

LES APPARTEMENTS NAPOLÉON III AU LOUVRE

Dernière mise à jour : 5 avr. 2023


Suivez-moi au Musée du Louvre à Paris, dans les appartements Napoléon III. Bien connu pour ses 38 000 œuvres exposées, et musée national depuis 1793, le Louvre a d’abord été une résidence royale. Château fort bâti à la fin du 12e siècle devenu Palais Royal au 14e, il prend toute son importance architecturale et politique avec François 1er et l’architecte Pierre Lescot qui en font la vitrine du pouvoir royal dès 1527. Tous les monarques y apporteront leur touche, de Catherine de Médicis à Louis XIV, en passant par les empereurs Napoléon 1er et Napoléon III. C’est ce dernier qui nous intéresse particulièrement aujourd’hui. Dernier souverain français, il sera aussi le dernier à agrandir le monument au 19e siècle.

Souhaitée depuis le 17e siècle, la construction de l’aile Nord qui longe la rue de Rivoli et qui relie le Louvre au Palais des Tuileries (château bâti en 1564 par Catherine de Médicis et détruit sous la Commune en 1871) est lancée par Napoléon 1er puis inaugurée en 1857 par son neveu, Napoléon III, sous le Second Empire (1852-70). Dans cette nouvelle aile du Louvre, l’empereur fait appel aux architectes Louis Visconti puis Hector Lefuel pour créer des appartements privés et de somptueux salons de réception pour le Ministre d’Etat Achille Fould (Napoléon III et l’impératrice Eugénie résidant dans le Palais des Tuileries). Conservés dans leur état Second Empire avec décors et mobilier d’origine, les appartements dit ‘Napoléon III’ ont été ouverts à la visite après les grands travaux du Louvre à la fin des années 1980 (les lieux abritaient à l’époque le Ministère des Finances). Je vous propose de les découvrir avec moi.


Situés au 1er étage de l’aile Richelieu et aménagés entre 1856 et 1861 par Hector Lefuel, ces appartements se divisent en deux parties:

  • le Petit appartement, privé, plus petits en tailles et aménagés dans un style bourgeois

  • le Grand appartement avec ses salons d’apparat opulents.

Ces appartements nous apparaissent aujourd’hui démesurés mais ils sont un vrai témoignage du style Second Empire, dit aussi Napoléon III. Un style ‘historiciste’ qui reprend et réinterprète les caractéristiques des principaux styles français du passés, comme un mélange du meilleur des siècles précédents.

Ici, dans les appartements du Louvre, on s’inspire principalement du style Louis XIV avec son mobilier massif et majestueux, orné de marquèterie, de placage ou de bois doré, et ses décors inspirés de l’antiquité avec masques et mascarons, lauriers, palmettes, ou guirlandes de fruits et de fleurs. Ce style Louis XIV est ici mêlé au style Louis XV ou Rocaille aux lignes courbes et tortueuses, inspirées de la nature, avec des motifs de feuillage ou de coquillage, et des ornementations en bronze ciselé et doré. Ces styles sont ici repris dans un esprit toujours plus luxueux avec une accumulation de dorure, de velours et toiles cramoisies, de lustres gigantesques, de stucs, de marbres, de lambris, de tapis, de sculptures (réalisées ici par Louis-Alphonse Tranchant), de bronzes (par la fonderie Barbedienne) et d’objets d’orfèvrerie (par la maison Christofle), ou encore de plafonds peints (par Charles-Raphaël Maréchal), auxquels s’ajoutent du mobilier typique du Second Empire: le confident (2 fauteuils accolés et inversés), l’indiscret (3 fauteuils accolés en hélice), ou encore des meubles de bois noir réhaussé de dorures. Le tout réalisé dans un confort tout à fait moderne.


La visite commence par les premières pièces du Petit appartement du ministre, décorées dans un style néo-Louis XV, avec la Chambre du ministre et le Salon Bibliothèque. On trouve ici des dorures sur les plafonds, la cheminée et les portes colorées, mais aussi du mobilier Napoléon III comme cette armoire bibliothèque en bois noir réhaussé de dorures.

Nous passons ensuite par le palier de l’escalier du Ministre. Majestueux, il dessert les appartements privés du Ministre d’un côté, et les salons de réceptions de l’autre. Un escalier d’Honneur lui-aussi très décoré: reliefs de Jean-Baptiste Révillon, sculptures et rampe de Hurpin, Cousseau et Crapoix, lustre de Morand réalisé par la maison Christofle, peintures représentant ‘le Palais et le Jardins des Tuileries’ et ‘le Pavillon de Flore’ peints par Charles-François Daubigny.


Nous entrons alors dans l’Antichambre du ministre, toute habillée de lambris en noyer sombre et de meubles en velours verts, avant d’entrer dans le Premier Salon du Petit appartement. Toile fleurie, moulures dorées, ici le luxe est bien présent mais d’une façon plus intimiste. Une collection d’objets d’art et de vaisselle est présentée ici. Il s’agit de celle d’Adolphe Thiers, ministre de Louis-Philippe (r.1830-48) puis Président de la 3e République, léguée au Louvre par sa femme.


Après ces appartements privés, nous pénétrons dans les espaces d’apparat et de réception avec d’abord la Galerie d’introduction où étaient accueillis les invités. Avec ses peintures, ses dorures, ses rideaux et ses lustres étincelants, ce couloir en dit déjà long sur les décors qui nous attendent dans les salons suivants. Cet espace amenait à l’origine directement aux grands salons. Mais pour la visite, nous repassons dans le Petit appartement et entrons dans le Salon de Famille lui-aussi richement décorés. Il fait la jonction entre le Petit et le Grand appartements. Le décor sculpté en relief doré d’Emile Knecht, la toile cramoisie moirée, la cheminée de marbre noire réhaussée d’un immense miroir, ou le plafond peint par Emile Levy laissent entrevoir, ici aussi, l’opulence des pièces suivantes.


Et nous ne sommes pas déçus en entrant dans le Grand Salon ou Salon d’Angle. Ici, le faste du Second Empire nous apparaît clairement. On ne sait où regarder tant la profusion de luxe est grande. Les 4 canapés cintrés et capitonnés en velours rouge, au centre, sont surmontés d’un lustre surdimensionné en cristal de Baccarat. Le mobilier rouge et or qui accueillait les nombreux invités s’organise en divers espaces de discussion dans ce vaste salon décoré des sculptures et reliefs dorés de Louis-Alphonse Tranchant. Les peintures de voussure (sous les parties voûtées) réalisées par Charles-Raphaël Maréchal, dit Maréchal Fils, évoquent les étapes de la construction du Louvre et des Tuileries par François 1er, Catherine de Médicis, Henri IV et Louis XIV. Le magnifique plafond représente la réunion des palais du Louvre et des tuileries par Napoléon III et Eugénie, et les banderoles illustrent les faits militaires, économiques et sociaux de l’empereur. Prenez le temps de bien regarder chaque détail. On peut trouver les décors excessifs, mais on ne peut être insensible à cette surabondance d’ornementation luxueuse.

Le Grand salon pouvait se transformer en théâtre et accueillir 265 spectateurs. C’est d’ailleurs pour cela que la pièce suivante, où se jouaient les représentations, est appelée le Salon-Théâtre. Un rideau de scène surmonté d’angelots sépare ce salon du précédent, et un balcon caché permettait d’installer les musiciens. Dans ce salon, qui servait aussi d’espace de réception, vous pouvez admirer les célèbres portraits officiels de l’Empereur Napoléon III et l’Impératrice Eugénie par Franz-Xaver Winterhalter. Ne manquez pas aussi le plafond d’Auguste Gendron représentant les ‘Saisons des fleurs’.


Attenante, se trouve la Petite salle à manger décorée d’un trompe-l’œil de Héron et Adolphe Forestier qui donne l’illusion d’un jardin antique. Les murs sont peints de noir et d’or et le mobilier marqueté rappelle le travail de Boulle.


Mais l’autre pièce impressionnante de ces appartements est la Grande salle à manger. Le décor sculpté et doré est signé Emile Knecht, les peintures représentant des scènes de chasse sont de Louis-Godefroy Jadin et l’étonnant ciel peint est d’Eugène Appert. Les murs agrémentés de dorures, de nombreux miroirs et de panneaux en faux marbre vert forment l’écrin parfait pour l’immense table couverte d’argenterie qui pouvait accueillir 40 convives. Avant de continuer, remarquez le sublime et imposant buffet en bois noir et doré, tr-s Second Empire, donc.


C’est par cette pièce que se termine la visite des appartements Napoléon III. Souvent méconnus du grand public, ils sont, selon moi, incontournables lors de votre visite au Louvre.


Pour en savoir plus sur le style Napoléon III, retrouvez mon article dédié sur ce blog et en vidéo sur ma chaîne YouTube.

Sources

  • Site du Musée du Louvre

  • « Le Guide du Louvre » aux éditions du Musée du Louvre

  • « Les Carnets des Guides Bleus, le Louvre dévoilé » chez Hachette


Comments


bottom of page