top of page

UN DIMANCHE À AUVERS-SUR-OISE


Ce week-end, j’ai eu le plaisir de découvrir la charmante ville d’Auvers-sur-Oise située dans le Vexin, à une trentaine de kilomètres au nord de Paris. Une commune surtout connue pour avoir accueilli le célèbre peintre impressionniste hollandais Vincent Van Gogh (1853-1890) qui y passera les 70 derniers jours de sa vie, entre le 20 mai et le 29 juillet 1890, et y peindra 80 tableaux qui comptent parmi quelques-uns de ses chefs-d’œuvre inspirés des champs, de la vie paysanne, des ruelles du village, de ses jardins et maisons…

Au gré de notre promenade, on découvre ainsi : l’auberge Ravoux, aussi appelée la Maison Van Gogh, puisque le peintre y vivra dans la chambre n°5 (où il mourra), et où on peut se rafraîchir dans une atmosphère très «campagne au 19e siècle»; la maison du Docteur Paul Gachet, qui avait promis à Théo Van Gogh de prendre soin de son frère, mentalement instable, et dont Vincent Van Gogh peindra le célèbre portrait; les tombes de Vincent et Théo Van Gogh, si simplement décorées d’un lierre rampant qui semble les relier pour toujours; et de nombreux sites peints par l’artiste et indiqué par une signalétique spécifique, des ruelles aux chemins de campagne environnants en passant par la Mairie ou bien sûr l’église du village.

Mais Auvers-sur-Oise, c’est aussi une commune classée Site Patrimonial Remarquable et qui réunit pas moins de neuf lieux classés Monument Historique parmi lesquels: un château du 17e siècle, avec ses jardins et son belvédère qui dominent la vallée de l’Oise (aujourd’hui, musée immersif de l’Impressionnisme, fermé jusqu’au 30 septembre 2023); l’église Notre-Dame de l’Assomption, bâtie entre le 9e et le 16e siècle, et immortalisée par Van Gogh; la Porte Crénelée, datant du 17e; mais aussi des musées (musée de l’Absinthe, la Galerie d’Art Contemporain); ou encore des ateliers d’artistes.

Car avant Van Gogh, Auvers-sur-Oise est déjà un lieu de résidences artistiques. Alors que la ligne Paris-Lille, inaugurée en 1846, dessert désormais les villages de l’Oise, de nombreux Parisiens vont être charmés par Auvers et ses ruelles vallonées qui descendent vers les berges bucoliques de la paisible rivière. Parmi eux, le peintre et graveur Charles-François Daubigny décide d’y ancrer son bateau-atelier, le Botin, avant de s’y installer en 1860 avec sa famille dans trois maisons différentes: la Maison de la Gare, la Maison Rose -une ancienne grange transformée en atelier avec chambres d’amis-, et la Villa des Vallées, sa maison-atelier, dite aujourd’hui «Maison Daubigny», que l’on peut toujours visiter et que je vous recommande (la chambre de sa fille Cécile, entièrement peinte par son père, est superbe).

Daubigny y reçoit de nombreux amis artistes –Cézanne, Pissarro, Corot, Gauguin… dont certains vont y installer des ateliers comme le graveur et caricaturiste Honoré Daumier (sa villa est aujourd’hui un lieu d’exposition d’artistes contemporains). Plus tard, l’architecte emblématique de l’Art Nouveau français, Hector Guimard (1867-1942) résidera dans sa maison auversoise, le Castel Val, tout comme le peintre vénézuélien Émile Boggio qui s’installera à Auvers-sur-Oise en 1910 où il réalisera plus de 400 tableaux dans sa maison atelier qui se visite aujourd’hui et où son descendant, Xavier Boggio, vit et peint toujours.

Pour être certain de ne rien manquer de l’identité artistique des lieux, n’hésitez pas à suivre le Chemin des Peintres qui circule à travers le village et même au-delà pour les plus courageux (toutes les informations sur le site de l’office de tourisme de la ville)

Finalement, des premières mentions du village d’Auvers remontant au 9e siècle, sous le règne de Charles-le-Chauve (823-877), aux invasions Vikings qui ont terrorisé la région en 862 et en 885-87; des destructions anglaises lors de la Guerre de Cent Ans (1337-1453) aux troubles des Guerres de Religions (1562-98), en passant par la tragédie des famines des 17e et 18e siècles ou des épidémies de peste et de choléra des 18e et 19e, l’histoire d’Auvers-sur-Oise -qui ne prend son nom actuel qu’en 1843- n’est pas des plus paisibles. Mais c’est ce mélange d’épreuves traversées au fil des siècles et d’une vie artistique plus récente et toujours bien présente aujourd’hui qui fait la beauté de cette petite ville de l’Oise.


Une ville riche d’un patrimoine historique et culturel qui m’a enchanté et que je vous invite à découvrir à moins d’une heure de la capitale.

Maison à Auvers sur Oise

INFORMATIONS PRATIQUES


Toutes les informations (programmation culturelle, parcours de visite etc.) sont disponible sur le site de l’Office de Tourisme d’Auvers-sur-Oise.


Pour vous rendre dans ce joli village, plusieurs trains quotidiens vous conduisent dans ce joli village depuis la Gare du Nord à Paris (ligne H du Transilien). Attention, le trajet implique bien souvent une correspondance, soyez vigilants.


Sachez cependant que chaque week-end, du printemps à l’automne, le train des impressionnistes, sur la ligne H du Transilien, est direct à l’aller depuis Paris (départ à 9h38), tout comme au retour depuis Auvers-sur-Oise (départ à 18h15).


SOURCES

Comentários


bottom of page