LA CHAMBRE D’ANNE D’AUTRICHE À FONTAINEBLEAU


Rendez-vous au célèbre château de Fontainebleau, un lieu majeur de l’Histoire de France et un monument incontournable du patrimoine français. Cette résidence royale, puis impériale, étend son histoire sur plus de 8 siècles, et a accueilli l’ensemble des souverains français depuis la Renaissance jusqu'au Second Empire, en passant par le Premier Empire de Napoléon 1er. Dans son architecture éclectique, comme dans ses aménagements intérieurs, le palais de Fontainebleau reflète ainsi les grandes périodes et les événements importants qui ont fait l’Histoire de France.


Aujourd’hui, j'ai choisi de vous emmener dans une pièce que je trouve remarquable par la richesse de ses décors et de son mobilier: la chambre de la reine Anne d’Autriche (1601-1666), qui se trouve au 1premier étage du château, dans l’Appartement dit des «Reines Mères».


Cet appartement est situé dans une aile construite sous François 1er pour relier 2 bâtiments (entre la cour d’Honneur et la cour Ovale). Henri II l’aménagera en un appartement qui sera occupé par sa veuve Catherine de Médicis (1519-1589), puis par la seconde femme d’Henri IV et reine de France, Marie de Médicis (1575-1642), et enfin par Anne d’Autriche, femme de Louis XIII et mère du futur roi Louis XIV.

Il accueillera ensuite le Dauphin sous Louis XIV, puis des invités de marques, pour ensuite être occupé par Mesdames Henriette, Adélaïde et Victoire, les filles de Louis XV. Dédoublés sous Louis XVI, ces appartements accueilleront le Comte de Provence, frère de Louis XVI et futur Louis XVIII. En 1804, avant son sacre du 2 décembre de la même année, Napoléon 1er les fait aménager pour le Pape Pie VII. Ensuite, le roi Louis-Philippe 1er (Monarchie de Juillet, 1830-48) y logera son fils, tandis que Napoléon III y accueillera sa cousine.


On retrouve l’influence de tous ces résidents dans les décors, l’architecture et le mobilier visibles aujourd’hui dans cet appartement des Reines Mères. Un appartement qui se confond en grande partie avec celui du Pape Pie VII.


Entrons alors dans la chambre d’Anne d’Autriche. C’est une pièce que je trouve avant tout impressionnante. Elle très bien conservée dans sa version originale de 1660, décorée par Charles Errard et Jean Cotelle pour la Reine. Elle donne à voir ce qu’était un appartement royal du 17e siècle, avec beaucoup de très beaux meubles et des décors chargés, certes, mais vraiment somptueux.

Au-dessus de la porte, on remarque le portrait de Marie-Thérèse d’Autriche, femme de Louis XIV et Reine de France, qui fait face à celui d’Anne d’Autriche, sa belle-mère donc. Les plafonds à caissons dorés et colorés, comme les lambris des murs, ajoutent à cette profusion d’ornements. Sous le Second Empire, cette pièce sert de salon. Le lit et les sièges en chêne sculpté datent de cette époque et reprennent le style Renaissance, tandis que le tapis, lui aussi du 19e, est de style Louis XVI. Les tapisseries des « triomphes des Dieux » d’après Noël Coypel ont été, elles, tissées à la manufacture royale des Gobelins vers 1700.


Si vous avait l'occasion d'y aller, prenez vraiment le temps d’observer tous les éléments qui composent cette belle pièce, car il y en a beaucoup et de très intéressants.


Pour en savoir plus, rendez-vous sur ce blog pour retrouver l’article et le podcast dédiés à ma visite du château de Fontainebleau.

14 vues0 commentaire