top of page

POINT ANECDOTE : 5 JUIN 1662, LOUIS XIV DEVIENT LE ROI SOLEIL !

Dernière mise à jour : 14 juin 2021


Louis XIV, comme quelques-uns de ses prédécesseurs (Charles VI, Louis XI, Henri IV et Louis XIII) a été assimilé assez jeune au soleil. Mais c’est le 5 juin 1662 qu’il va officiellement devenir le Roi-Soleil et choisir son emblème : « un visage rayonnant de flammes au-dessus du globe terrestre », soit une incarnation de l’astre solaire. C’est aussi là qu’il va choisir sa devise : « Nec pluribus impar ». Si la traduction n’est pas évidente et peut prêter à différentes interprétations, elle se rapproche de « à nul autre pareil » ou encore de « Supérieur à la plupart » ou même de « au-dessus de tous ». Ce qui montre bien la volonté du roi d’apparaître au-dessus des autres.


Ce jour-là, un grand spectacle équestre, ou carrousel (du latin Carrus Solis, char du soleil), est inauguré dans la cour des Tuileries, près du Louvre (cette cour prendra ensuite le nom de place du carrousel comme c’est encore le cas aujourd’hui). Pendant 2 jours, les 5 & 6 juin, il s’agit officiellement pour le jeune roi de 24 ans de célébrer la naissance de son fils aîné, le dauphin Louis de France, né le 1er nov. 1661. Les 10 à 15 000 spectateurs issus de la noblesse et du peuple parisien sont subjugués par cette fête grandiose et éblouissante.

Louis XIV en empereur Romain lors du Grand Carrousel de 1662 (Gravure d'Israël Silvestre mise en couleur par Jacques Bailly - 1670)
Louis XIV lors du Grand Carrousel de 1662

Mais en réalité, ce carrousel est aussi orchestré comme un véritable outil de propagande pour affirmer le pouvoir de Louis XIV. Ainsi, lors du premier des cinq quadrilles qui ponctuent le Grand Carrousel, pour incarner et signifier la grandeur du roi, on va le voir apparaître habillé en empereur romain, dans un costume spectaculaire fait d’or, d’argent, de rubis et de plumes rouges. C’est aussi à cette occasion qu’il va officiellement adopter le Soleil comme emblème, renforçant ainsi a volonté d’imposer sa puissance à tout son peuple.


Pourquoi ce besoin de Louis XIV d’affirmer son pouvoir et de son autorité ?

Tout remonte à l’enfance. Louis XIV a été marqué par l’épisode de la Fronde dans sa jeunesse, qui s’étend de ses 5 ans en 1643 jusqu’à ses 15 ans en 1653 : le parlement puis certains princes et une partie de la noblesse ont profité de la minorité du Roi et de la Régence d’Anne d’Autriche (sa mère) et du Cardinal Mazarin (principal ministre d’état, conseiller et parrain du roi) pour se rebeller contre le pouvoir royal et tenter de l’affaiblir. Le jeune roi va vivre cette période en totale insécurité, se réfugiant de château en château pour se protéger.


Ainsi, afin d’éviter que l’histoire ne se répète, à la mort du cardinal Mazarin le 1er mars 1661, Louis XIV décide de gouverner seul. Et s’il garde des ministres et des conseillers, il va supprimer le poste de 1er ministre pour pouvoir prendre seul les décisions importantes du royaume.

Il s’affirme alors comme un monarque absolu, soit si on remonte aux origines latines du mot un monarque « délié de tout lien », donc un roi qui « gouverne par lui-même » comme l’illustrent clairement la devise « le Roy gouverne par lui-même » et le tableau de Charles le Brun placés au centre de la Galerie des Glaces de Versailles.

Un roi dont le pouvoir est incontestable puisqu’il le tient de droit divin, c’est-à-dire que le roi et sa descendance sont choisis par Dieu pour régner et le représenter sur Terre. Quiconque s’attaque au roi, s’attaque alors automatiquement à Dieu.


Plus tard, les règles de l’Étiquette, la centralisation du pouvoir et l’installation de la cour à Versailles (à partir de mai 1682) contribueront à renforcer cet absolutisme royal tout en permettant au roi de mieux contrôler la cour, la noblesse et ses éventuels opposants.


Le Roi-Soleil

Déjà lors du carnaval de 1653, le Roi âgé de 15 ans va incarner le soleil levant dans le Ballet royal de la Nuit écrit par Isaac de Benserade. Ce spectacle de danse est en réalité une métaphore à peine cachée de la Fronde puisqu’il met en scène le retour de la lumière (c’est-à-dire le soleil, donc le roi) après la nuit et les ténèbres (qui représentent ici la Fronde) ; et pour accentuer le tout, certains nobles partisans de la Fronde vont se voir distribuer les rôles des planètes qui tournent autour du Soleil, joué ici par le Roi ! La symbolique de domination de l’astre solaire était donc déjà assez claire à cette époque.


C’est cependant par la suite, et notamment à l’occasion du Grand Carrousel des 5 et 6 juin 1662, une fois qu’il sera seul au pouvoir, que l’image de Louis XIV va être assimilée à celle du Soleil.

En effet, comme le Soleil qui domine la Terre et autour duquel toutes les planètes gravitent, le Roi va affirmer son autorité et sa légitimité en organisant l’Etat, sa cour et son règne autour de sa personne.

Le Soleil donne la vie, le Roi dispense les grâces. Le Soleil règle les jours avec ses levers et couchers, le Roi en fait de même à la Cour ; et comme le Soleil incarné par Apollon, dieu des arts et de la paix, le Roi protège les arts et amène la paix en son royaume.


En choisissant l’emblème du soleil le 5 juin 1662, Louis XIV déclarera qu'il a choisi l'astre solaire parce que:

« c'est le plus noble de tous et qui, par la qualité d’unique, par l’éclat qui l’environne, par la lumière qu’il communique aux autres astres qui lui composent une espèce de cour, par le partage égal et juste qu’il fait de cette même lumière à tous les divers climats du monde, par le bien qu’il fait en tous lieux produisant sans cesse de tous côtés la vie, la joie et l’action, […] est assurément la plus belle et la plus vive image d’un grand monarque ». (Mémoires de Louis XIV, le métier de roi, présentés et annotés par Jean Longnon, « Mémoires pour l’année 1662 », deuxième section, Paris, Tallandier, 2001, p. 135-136

Aujourd’hui, le soleil et ses représentations sont partout dans les châteaux de Louis XIV, et notamment, bien sûr, à Versailles. Repérez-les la prochaine fois que vous visiterez les résidences royales ou le château de Versailles !


En attendant, je vous invite à parcourir mon blog pour retrouver mes articles et podcasts dédiés à mes visites versaillaises. N’hésitez pas aussi à partager cet article, à l’écouter dans la rubrique Capsule Sonore du Podcast, et à me suivre sur Instagram, Facebook, Twitter, TikTok et YouTube !

11 vues0 commentaire
bottom of page