LA CHAMBRE DE MARIE-ANTOINETTE AU PETIT TRIANON


Rendez-vous aujourd’hui au Petit Trianon de Versailles. Situé à 1,5 kilomètres du palais, ce château de campagne privé, créé entre 1761 et 1768 pour Madame de Pompadour, la favorite de Louis XV, sera finalement habité par sa dernière maîtresse, Madame du Barry, puis offert en 1774 par son petit-fils devenu roi, Louis XVI, à son épouse Marie-Antoinette.


Aujourd’hui, je vous conduis justement tout droit dans l’intimité de la reine, dans sa chambre, au 1er étage de cette résidence intime où, loin de la cour et de ses contraintes, elle aimait à vivre une vie plus simple, entourée de ses proches. Pour en savoir plus, je vous invite à retrouver ma visite du Petit Trianon dans l’article et le podcast disponibles sur ce blog, et sur les plateformes de podcast (Apple, Google, Spotify, Anchor…).

La chambre de la Reine se trouve donc au 1er étage du Petit Trianon, au niveau de ce qu’on appelle l’étage noble. Cette pièce se situe à la suite des salons de réception, et notamment juste après le salon de Compagnie dédié aux jeux et à la musique. C’est la première pièce de l’appartement de Marie-Antoinette que nous découvrons lors de notre visite, et elle surprend tout d’abord par son plafond, plus bas que dans les salons précédents en raison de la présence d’autres appartements (pour la suite de la reine, ses proches et le roi) à l’entresol juste au-dessus.

La chambre à coucher de la Reine tenait d’abord lieu de cabinet de retraite pour Louis XV, avant de devenir la chambre de sa dernière favorite, la comtesse du Barry, en 1772, puis celle de Marie-Antoinette en 1774. Ici, l’atmosphère est agréable et reposante; les couleurs, un bleu pastel et un blanc réhaussés de quelques dorures, sont douce et féminines; et l’on s’imagine bien pourquoi Marie-Antoinette aimait cette résidence et cette chambre, moins imposante que celle, plus officielle, du château.


Si les lambris réalisés par Honoré Guibert datent de Louis XVI, la pièce est décorée selon les goûts de Marie-Antoinette qui, en 1787, commande le célèbre mobilier dit ‘aux épis’ pour sa chambre au décorateur Jean Démosthène Dugourc. Ornés d’épis de blés, de guirlandes de fleurs, de lierre, de jasmin et de muguet, ce mobilier et les décors doivent rappeler la nature et les jardins qui entourent le Petit Trianon. D’ailleurs, Marie-Antoinette apprécie particulièrement la vue qu’elle a depuis cette chambre sur son jardin à l’anglaise et sur le Temple de l’Amour qu’elle a fait construire par Richard Mique en 1778.

Si le lit à baldaquins, dit aussi ‘lit en chaire à prêcher’, est une imitation, le mobilier présent ici est l’un des rares à avoir conservé son intégrité et sa place d’origine. Bouquets de tulipes en bronze, rideaux et toiles des meubles en coton brodé de roses et de bleuets, sculptures végétales (épis, fleurs) peintes, selon le peintre Jean-Baptiste Chaillot de Prusse, ‘dans les couleurs de la vérité et de la nature’ (au naturel donc): tout illustre le style champêtre que Marie-Antoinette voulait donner à son Petit Trianon.


Sources

  • Guide officiel « le Petit Trianon, château de Marie-Antoinette » aux éditions art lys, château de Versailles.



8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout